Aller au contenu.Aller à la navigation


Suivant: La maison d'Horace-Bénédict de Plus haut: L'homme politique et sa Précédent: Horace-Bénédict de Saussure en

Horace-Bénédict de Saussure demande un tribunal paritaire

Avertissements

L'autheur de ce Mémoire ne l'a point écrit dans la vue de
faire parler de lui, et d'acquérir par là quelqu'espèce de gloire. Il l'a
fait uniquement parce qu'il a cru et qu'il croit encore que le projet
qu'il propose seroit avantageux à sa Patrie. Il ne croit même pas
que lors même que tout le monde en jugeroit aussi favorablement que
lui, il dut en rejaillir sur lui beaucoup d'honneur. Il sçait que
les plus grands effets sont quelquefois produits par les plus petites
causes et qu'un homme obscur et borné découvre quelque fois par
hasard ce qui avoit échapé aux plus sublimes génies. Ainsi son
amour propre n'est point du tout attaché à ce projet, il est prêt à
souscrire à tout autre parti qu'on lui prouvera être meilleur.

Il désiroit que ceux qui le liront fissent au moins leurs efforts
pour écarter pendant la lecture et le jugement qu'ils en formeront,
toutes les préventions, s'ils en ont, et s'ils les connoissent.

Il souhaireroit aussi qu'on ne format aucun jugement avant
d'avoir lu le Mémoire d'un bout à l'autre.

Il demande grace pour toutes les expressions qu'on jugera peu
mesurées, chacun donnant aux mêmes termes un sens différent, et
voyant les mêmes objets sous différens points de vue.

S'il y a quelques articles sur lesquels le Lecteur ne pense pas comme
lui, et que ses articles ne tiennent pas à l'essence même du projet
qu'il propose, il prie le lecteur de ne pas s'y arrêter, et de ne pas se
laisser prévenir par là.

Il n'a aucune prétention sur le style, et il demande qu'on ne le juge
pas de ce côté là.

Enfin il est prêt à recevoir avec docilité et avec reconnoissance les
avis qu'on voudra bien lui donner, s'ils sont dictés par
un zèle pur et éclairé pour le vrai bien de la Patrie.

Avertissement

Extrait d'un manuscrit, encore inédit, de 33 pages, dans lequel Horace-Bénédict de Saussure préconise l'établissement d'un tribunal paritaire, non permanent, qui jugerait de la recevabilité des représentations. Genève, BPU, Ms de Saussure III



Suivant: La maison d'Horace-Bénédict de Plus haut: L'homme politique et sa Précédent: Horace-Bénédict de Saussure en

Jean-Bernard ROUX
Collège de Saussure
Messages à: Jean-Bernard Roux