Aller au contenu.Aller à la navigation

A travail égal, salaire inégal / TP 26 avril 2012

Pour gagner le même salaire, à poste identique, une Suissesse doit travailler deux mois et demi de plus qu’un homme. Inefficace, la loi n’y change pas grand-chose. Quant aux femmes qui osent se battre pour un traitement égal, elles sont souvent licenciées. Temps Présent fait l’état des lieux. Elles se battent contre leur supermarché, leur média, leur entreprise. Leur lutte ? Tout simplement gagner autant que leurs collègues mâles, pour le même travail. Certaines y sont parvenues, après une longue bataille. D’autres ont été carrément licenciées pour avoir osé réclamer leur dû. Seules quelques entreprises, comme Tornos, dans le Jura bernois, offrent avec volontarisme le même salaire aux employés des deux sexes. Bienvenue dans la Suisse de 2012 ! Il y a déjà plus de trente ans pourtant que la Constitution fédérale interdit la discrimination liée au sexe. Les espoirs de changement sont grands mais la société patriarcale suisse a la dent dure. En 1996, la loi fédérale sur l’égalité des salaires entre en vigueur. Elle oblige les employeurs à lutter contre les inégalités dans leurs entreprises. Beaucoup se réjouissent de disposer d’un texte clair. Mais dans la réalité, peu de progrès sont observés. Car en Suisse, ni contrôles officiels, ni sanctions contre les entreprises discriminantes ne sont prévus par le législateur. Pour régler le problème, la Confédération mise sur la sensibilisation et l’autodiscipline des employeurs. Une approche libérale payée chère par les femmes qui décident de se battre pour obtenir plus d’égalité. A ce jour, peu ont osé, une centaine tout au plus, car le risque est grand. Déposer plainte contre son employeur revient à briser la relation de confiance et très souvent, l’affaire se termine par un licenciement. Impossible à ce jour de savoir combien de cas sont réglés à l’amiable, sans recourir à la justice. Temps Présent présente un état des lieux en 2012 : pas réjouissant !

Microsoft Word Document (OOXML) icon Temps Présent.docx — Microsoft Word Document (OOXML), 14 ko (15135 bytes)